! Shape Created with Sketch. ?
Préférences
Social
Le Blog Choba Choba

5 questions à une productrice et co-fondatrice de Choba Choba

Écrit par Choba Choba
Pasiona-blog

En ce jour très spécial, la Journée internationale de la femme, nous voudrions vous présenter une des femmes au cœur de la Chocolate Revolution. Pasiona habite dans l’Alto Huayabamba depuis plusieurs dizaines d’années et elle a beaucoup à partager …

Bonjour, je m’appelle Pasiona Caballero Mendoza et j’habite à Pucallpillo. Il y a plus de 40 ans, j’ai quitté Lima pour venir ici. Pendant de nombreuses années nous avons cultivé la coca et la terreur et le narcotrafic ont laissé leurs traces dans nos vies. Au vu de cette situation épouvantable, nous avons décidé de mettre un terme à cette culture. Les ONG arrivèrent dans l’Alto Huayabamba, apportant avec elles le cacao et nous aidant à changer notre manière de vivre et de travailler. Nous commençâmes alors à cultiver le cacao et nous avons persévéré dans cette culture jusqu’à ce jour en passant, il faut bien l’admettre, par de nombreuses crises.

Aujourd’hui, nous avons passé un nouveau cap car nous avons co-fondé Choba Choba, notre propre marque de chocolat internationale. Nous sentons vraiment que c’est un pas en avant et un vrai succès. Nous sommes très heureux de pouvoir travailler main dans la main avec des clients d’autres pays et de changer le monde du chocolat ensemble avec eux.

Qu’est que toi et les autres femmes ici, vous attendez de Choba Choba ? Est-ce que ce projet vous donnera plus d’autonomie ?

Oui, c’est ça ! Nous pensons qu’avec Choba Choba notre produit atteindra plus de personnes, surtout au delà du Pérou. C’était depuis toujours notre rêve que notre produit ait une plus grande visibilité en dehors de notre région et qu’il rencontre un vrai succès.

Je vois dans Choba Choba une nouvelle perspective pour notre développement. C’est un outil indispensable pour nous.

Quel type de travail exécutent les femmes typiquement ici ?

Dès les années de la coca nous, les femmes, étions toujours impliquées dans tous les travaux, que ce soit sur les parcelles pour la récolte ou bien à la maison pour s’occuper du foyer au quotidien. Nous avons fait toute sorte de travail! Aujourd’hui, avec la production du cacao on continue de travailler sur le champ et à la maison. Oui ! On peut en effet dire que nous les femmes faisons le double de travail ! Et, nous sommes parfois également actives dans différentes associations.

Il y a une forte cohésion entre les femmes d’ici. Comment cette communauté féminine se manifeste et s’organise-t-elle ?

Avec 7 autres femmes de Pucallpillo,  nous avons créé le « comité des femmes entrepreneures ». Grâce à cette organisation, nous avons pu valoriser notre production un peu plus, car nous ne vendons pas uniquement les fèves, mais aussi d’autres produits préparés à base de cacao qui nous aident à soutenir financièrement nos familles. Nous moulons à la main ces fèves de cacao et les mélangeons à de la farine de maïs pour en préparer une boisson très nourrissante pour les enfants et les adultes : le « chocomais ». Nous préparons également des bonbons au chocolat. Tout cela avec notre propre cacao. Pendant les foires locales et même dans d’autres régions du Pérou nous offrons notre produit. Voilà comment nous nous organisons entre femmes.

Collaborez-vous avec des femmes d’autres communautés dans l’Alto Huayabamba ?

Oui, nous avons des liens forts avec d’autres associations de femmes dans la vallée. Dans le village de Huicungo, il y a un autre comité où les femmes créent un produit très similaire : elles utilisent le cacao et la farine de riz pour produire « chocoarroz ». A Santa Rosa, les femmes mélangent de la farine de blé avec le cacao moulu pour faire « chocotrigo ». Et dans la communauté Dos de Mayo elles utilisent de la banane plantain pour créer « chocoplatano ». En collaborant, cela nous permet d’avoir une certaine variété dans les produits que nous offrons. Ainsi, pendant les foires,  ces quatre organisations travaillent ensemble, en présentant nos produits. Voilà comment on travaille.

Je trouve qu’il est très important que ces organisations existent, parce qu’elles constituent un réel plus. Elles nous permettent d’avancer, pas à pas vers le succès. Plus nous sommes unies, mieux c’est !

Quel est ton message à toutes les femmes en ce jour très spécial ?

Je souhaite à toutes les femmes péruviennes et dans toutes les parties du monde une très belle journée et beaucoup de succès dans tous leurs projets et qu’elles continuent d’avancer!

—————–

Pasiona, productrice de cacao et co-fondatrice de Choba Choba, patronne de notre tablette de chocolat 64% « Pasiona »