! Shape Created with Sketch. ?
Préférences
Social
Le Blog Choba Choba

Mon nom est Juanita Valverde Ramírez …

Publié dans : Alto Huayabamba,Producteurs
Écrit par Choba Choba
Juanitas-blog-picture

… je suis née à Juanjui en 1973. J’ai connu mon époux, Jorge Yoplas en 1992 et c’est ainsi que je suis venue dans l’Alto Huyabamba où Jorge travaillait. Ensemble nous avons eu trois magnifiques enfants.

A l’époque, tous les producteurs dans l’Alto Huayabamba cultivaient la coca qui était le seul moyen pour gagner sa vie. Mais au bout de quelques années cette « prospérité » s’évapora et il ne nous resta plus rien. Une époque de pauvreté extrême s’installa et nous ne vivions plus que des bananes plantain, du maïs et de la volaille.

En 1998, le ministère de l’agriculture, en accord avec USAID, proposa à tous les producteurs de la région de passer à la culture du cacao à la place de la coca. Ainsi Jorge et moi prîmes la décision de semer un hectare de cacao. Les autorités faisaient alors la promotion de variétés étrangères mais Jorge décida de ne pas greffer ces variétés et d‘expérimenter la culture de variétés locales.

Experte dans la culture de cacao

Moi, j’ai d’abord pensé que c’était une folie, car nous ne pouvions pas nous permettre de nous lancer dans de tels projets sans savoir s’ils porteraient leurs fruits. Je lui disais parfois d’abandonner ses recherches car je pensais que c’était une perte de temps. Son projet avait des implications importantes pour notre situation économique et nous vivions parfois des moments très durs en famille en raison de ce désaccord. Notre faible revenu ne nous permettait pas d’offrir à nos enfants une meilleure qualité de vie.

Au début, je m’opposai donc à toutes les recherches de Jorge, mais bientôt, je pris conscience qu’il fallait que nous travaillions ensemble pour avancer. J’ai ainsi décidé de m’engager pleinement dans son projet : J’ai commencé à aider Jorge dans toutes les tâches. Nous avons pris soin de notre parcelle de cacao, qu’il pleuve ou qu’il vente. J’ai appris à réaliser les greffes et à tailler les cacaoyers. Je suis devenu progressivement une experte dans la culture du cacao.

Je voyageais deux fois par mois à la ville pour voir nos enfants qui étudiaient là-bas. Je venais chaque fois avec des plantains, des haricots, du maïs, des poulets, afin d’en donner une partie à mes enfants et de vendre ce qui me restait. Durant cette époque difficile, je n’ai jamais perdu de vue la priorité : prendre soin d’eux et de leur éducation.
Les producteurs qui avaient greffé les variétés améliorées récoltaient alors déjà leurs fruits. Nous en revanche, nous attendions toujours les résultats de nos expériences.

Une variété de cacao d’exception

Ainsi, 10 ans passèrent avant d’obtenir enfin les bons résultats des croisements que nous réalisions à partir de différentes variétés de cacao locales. On récoltait enfin nos premiers fruits et la qualité de vie de notre famille s’améliora. Nous étions très heureux de tenir entre nos mains un cacao que nous avions nous-mêmes élaboré avec beaucoup de dévouement et d’amour. Si au début je me suis opposée à ce projet, j’ai rapidement compris qu’il fallait travailler main dans la main pour réussir et que cela demanderait de grands efforts de notre part. Et enfin, nous avons créé cette nouvelle variété de cacao aux arômes remarquables que nous avons dénommé « Collección Yoplac Pucallpillo ». Avec Choba Choba notre précieux cacao est désormais transformé en tablettes et commercialisé directement à nos clients, amoureux de vrai chocolat.